Lecture : Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ?

Lecture : Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ?

Lecture : Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 631 895 Le Réseau des Aménageurs de la Méditerranée

Voici le livrable produit par « la Fabrique Prospective », démarche portée par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), en lien avec le Commissariat général au développement durable (CGDD) et la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN). Pendant un an et demi, la Fabrique Prospective a accompagné les acteurs locaux de quatre villes moyennes bénéficiaires du programme Action cœur de ville : Beauvais (60), Bourg-en-Bresse (01), Lorient (56) et Saint-Dié-des-Vosges (88). Cette publication présente les résultats de cette Fabrique Prospective pour chacune des quatre villes et au niveau national, en particulier pour le programme Action cœur de ville.

La transition écologique désigne la transformation profonde et progressive du fonctionnement d’un territoire conduite par différents acteurs (pouvoirs publics, citoyens, associations, entreprises…) pour réduire l’empreinte des activités humaines sur l’environnement et parvenir à un développement durable. Elle vise ainsi à préserver une Terre viable et habitable pour les générations présentes et futures. Pour que la transition écologique devienne une réalité pour tous les territoires, quatre défis sont à relever1 :

  • l’intégration du vivant dans les politiques territoriales ;
  • la prise en compte des enjeux de justice territoriale et sociale ;
  • la création de nouveaux mécanismes de coopération et de solidarité entre les territoires ;
  • la transformation des modes de production, de consommation et de vie.

Ce dernier enjeu a été particulièrement mis en évidence en 2020 par la crise sanitaire liée à la Covid19 : nos modes de production et de consommation ont été bouleversés, notamment du fait de leur dépendance aux chaînes de valeur mondialisées, que ce soit en termes d’approvisionnement ou de débouchés. La crise a mis en lumière de manière tangible la vulnérabilité des acteurs de la production et de la consommation dans les territoires, ce qui interroge sur la résilience de nos modes de vie et de nos modèles de développement face aux chocs écologiques à venir. Parallèlement, la crise sanitaire a révélé la capacité d’initiative et d’innovation des acteurs des territoires pour répondre en urgence aux besoins : vente de produits à la ferme, fourniture de paniers alimentaires pour les plus démunis, mise en place du click and collect dans des magasins de proximité, réorientation temporaire de l’activité d’usines habituellement tournées vers l’export pour fournir des masques et des solutions hydroalcooliques aux Français, etc. Les collectivités locales ont été en première ligne pour faciliter ces transformations réalisées dans un temps très court.

Les villes moyennes, qui représentent le quart de la population et de l’emploi en France, sont des acteurs essentiels de cette évolution des modes de production et de consommation. L’enquête « Villes moyennes et transition écologique », réalisée en mai 2019 par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) en partenariat avec Villes de France et le Commissariat général au développement durable2, montrait en effet que les trois quarts des communes et intercommunalités de taille moyenne portaient des actions en matière de modes de production et de consommation durables : réduction des déchets à la source, promotion de l’économie circulaire et de l’écologie industrielle3 , soutien à l’économie sociale et solidaire, propositions de solutions alternatives à la voiture individuelle, etc. Cependant, les villes moyennes ne disposent pas toujours de stratégies globales, de gouvernance partagée ou encore d’outils de mesure et de suivi pour porter la thématique transversale des modes de production et de consommation durables, qui se situe à la charnière entre transition écologique, développement économique et cohésion sociale.

Pour prendre connaissance du document, c’est en suivant ce lien